Les vitraux

Avertissement : l'église de l'Isle Saint-Georges bénéficiant actuellement de très importants travaux de restauration réalisés par la commune mais aussi par l'Association ARS (Association de Restauration et Sauvegarde) certains vitraux restent inaccessibles et ne sont pas répertoriés ci-après. D'autre part, les photos ici publiées seront remplacées dès la fin des travaux (et la disparition des toiles d'araignées !!)

 Saint JeanJésus ressuscitéSaint MathieuJésus et les docteursL'AssomptionJésus portant sa croixJésus présenté au templeBaptême de JésusL'AnnonciationSaint MarcLa VisitationLa Nativité
Utilisez l'image interactive pour situer les vitraux et accéder à leur description

 

Jésus ressuscité

Au centre de l'abside, Jésus de face, main droite levée en signe de prédication, main gauche montrant son sein droit blessé. En dessous, une inscription : Ego sum via" (Je suis le Chemin).

Au-dessus, un blason : sur fond or, un arbre central vert (sinople) encadré de deux lions rouges (de gueules) rampants, le tout surmonté de deux étoiles rouges à cinq branches.
Le blason est surmonté d'une couronne de comte. Il s'agit très probablement des armes de la famille Roborel de Climens, dont le curé de l'Isle faisait partie. L'abbé J.B. Léon Roborel était propriétaire du Clos Lauriol à Boutric.
Dans "L'Armorial Bordelais" de Pierre Meller, on trouve :
"Roborel, sieur de Climens. D'argens (alias or) au chef de sinople soutenupar deux lions affrontés au naturel accompagné en chef de deux étoiles d'azur"

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

De part et d'autre de Jésus sont représentés les quatre évangélistes : Mathieu, Marc, Jean et Luc.

 

 

 

Saint Jean

Saint Jean l'évangéliste regarde vers la gauche et tient un phylactère (inscription sur une banderole) sur lequel on peut lire : "...principio era..." qui sont, en latin, les premiers mots de son premier évangile (Au commencement était le Verbe...)

Pas de nom de donnateur ni de blason.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

 

L'Assomption

Le personnage principal est la Vierge représentée en gloire dans une mandorle. Au-dessus, une couronne soutenue par le Père et le Fils sur qui plane une colombe représentant le Saint-Esprit.
A droite, le Père est figuré par un vieillard coiffé d'une tiare papale, tenant dans sa main gauche un globe surmonté d'une croix, sa main droite soutenant la couronne de la Vierge.
A gauche, le Christ assis tenant dans sa main droite une croix et sa main gauche soutenant la même couronne.

Dans un écu, on peut lire : "Don de Mr Roborel curé de l'Isle Saint Georges". Cette famille a offert deux vitraux.

 

 

 

Chemin de croix

Jésus portant sa croix rencontre sa mère entourée des Saintes Femmes.
Au-dessus, un château avec l'inscription : Turris Davidica (Tour de David) tirée des Litanies de la Vierge.

Au sommet, un blason surmonté d'une couronne de marquis est divisé en cinq parties : une partie centrale en forme de petit blason ornée d'un navire à trois mats et quatre quartiers contenant respectivement, une aigle noire, une main sortant d'une nuée et tenant une tête de Maure au bout d'une pique, trois croissants de lune et une tour.

Il s'agit des armes de la famille d'Adeler, elles rappellent les exploits de Cort Sivertsen Adeler, amiral en chef de la flotte norvégo-danoise, décédé en 1675 à Copenhague.

Merci à Madame S. Denais dont l'aïeul Caspar Herman d'Adeler et son épouse étaient propriétaires de la villa Pelletan que la commune acquit en 1878 pour en faire la mairie-école. Madame Denais, domiciliée en Norvège, nous a permis d'identifier ces armes.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

Présentation de l'Enfant Jésus au Temple

La Vierge présente l'Enfant-Jésus à Siméon et à la prophétesse Anne (St Luc, 3).

Au sommet un blason à fond bleu (azur) portant cinq épées d'or entrecroisées. Ce sont les armes de la famille de Matha qui était propriétaire au Grand-Brésil.

L'Armorial Bordelais les décrit ainsi : D'azur à cinq épées, trois en bande coupées par deux en barre, celle du milieu la pointe en bas, l'autre la pointe en haut.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet


 

 

 

 

Le baptême de Jésus

Saint Jean Baptiste répand l'eau du Jourdain sur Jésus. Il tient une bannière sur laquelle est inscrit : Ecce Agnus Dei (Voici l'Agneau de Dieu, St Jean 1 - 29)
Au sommet un écu avec l'inscription C.F. (Chéri Filatreau ?)

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

 

 

 

Saint Mathieu

Saint Mathieu regarde un livre ouvert qu'il tient dans sa main gauche, tandis que sa main droite tient un style (pointe servant à écrire autrefois).

Pas de nom de donateur ni de blason.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

 

 

Saint Marc

Dans la même attitude que Saint Mathieu, mais sans style.

Pas de nom de donateur ni de blason.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

 

 

 

Jésus à l'âge de douze ans retrouvé aux marches du temple avec les Docteurs

Sur une marche, un vieillard, sans doute un docteur de la loi, remet Jésus aux mains de ses parents Joseph et Marie. On peut remarquer l'air sévère de Joseph qui recherchait Jésus depuis trois jours, et par contre, le regard indulgent de Marie.

Ce vitrail offert par le cardinal Donnet, promoteur ardent de la rénovation des églises, porte son blason et sa devise en latin : "Ad finem fortitur omnia suavites" (Gouverne tout jusqu'au bout avec force et douceur)
Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

 

 

 

L'Annonciation

A gauche, l'archange Gabriel, tête auréollée, tenant un sceptre de la main gauche, la main droite levée en signe de pprédication. Au-dessus, dans un cercle, une colombe figurant l'Esprit-Saint. A droite, la Vierge.
Plus haut, une porte de château à deux tours avec l'inscription : "Porta coeli" (Porte du Ciel, litanies de la Vierge).
Encore au-dessus, un blason surmonté d'une couronne de marquis est divisé en cinq parties : une partie centrale en forme de petit blason ornée d'un navire à trois mats et quatre quartiers contenant respectivement, une aigle noire, une main sortant d'une nuée et tenant une tête de Maure au bout d'une pique, trois croissants de lune et une tour.
Dans "L'armorial Bordelais" on trouve, à la famille de Batz, "une aigle éployée au chef chargé de trois têtes de Mores".
Il semble donc que l'on puisse attribuer ces armes à celles de de Batz, gendre de Madame d'Adeler, qui était propriétaire à cette époque de la villa Pelletan, maison que la commune acquit en 1878 pour en faire la mairie-école.

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

Madame Denais, résidant aujourd'hui en Norvège, descendante de Anna d'Adeler et Charles de Batz nous fait la remarque suivante : "il me semble que le vitrail de l'Annonciation porte les mêmes armes (NDLR : les armes des Adeler sur le vitrail du Chemin de Croix). Ce qu'elles ont d'un peu spécial, c'est qu'elles sont celles des d'Adeler surmontées de la couronne de marquis des Batz (baron de Batz, marquis de Mirepoix). Les armes de Charles de Batz ne sont pas celles que vous indiquez (NDLR : au paragraphe précédent) mais: "Parti, au 1 de gueules au Saint Michel d'argent terrassant un dragon au naturel; au 2 d'azur, au lion d'or gravissant un rocher de cinq coupeaux d'argent; couronne de marquis; supports: deux lions; devise: In omni modo fidelis."

 

 

 

 

La Visitation

Rencontre de Marie avec sa cousine Elisabeth sous le regard d'un vieillard (probablement Zacharie époux d'Elisabeth). Cette scène évoque la visite que fit la Vierge alors qu'elle venait de concevoir de l'Esprit-Saint, à Elisabeth qui portait déjà en son sein depuis six mois celui qui sera Saint Jean le Baptiste (Cantique du Magnificat).

Au-dessus , l'Arche d'Alliance avec son nom latin : Foederis Arca. (Litanies de la Vierge)

Au sommet un blason surmonté d'un heaume de chevalier, contenant une épée avec trois étoiles à cinq branches. Ce sont les armes de la famille des Grottes dont le comte Jules fut maire à partir de 1869.

L'Armorial Bordelais les décrivent ainsi : "De gueules à l'épée d'argent posée en bande, au chef cousu d'azur, chargé de trois étoiles d'or".

 

 

 

La Nativité

L'Enfant Jésus dans la crèche entouré de Marie et de Joseph. On voit un ange dans le ciel. Au-dessus une église avec l'inscription : Templum Dei (Temple de Dieu).

Au sommet un écu avec l'inscription H.C. (Famille Héliot ?)

Signature du Maître verrier Joseph Villiet

 

O.C.

Remonter Saint Georges L'Ancienne Eglise L'église d'aujourd'hui Vitraux Mobilier décoration