Itinéraire antique et

site de l'Isle Saint-Georges

 

 

Au XVème siècle, un antiquaire allemand nommé PEUTINGER a retrouvé une carte-itinéraire de l'empire romain. C'est un document difficile à utiliser car il n'est pas une carte géographique comme on le conçoit aujourd'hui. Néanmoins, selon "Bordeaux Antique" du professeur R.ETIENNE on y découvre: "...un étrange cours d'eau: ayant son embouchure à Boii, (Lamothe-Biganos), il suit la vallée de l'Eyre (...) et débouche dans la Garonne vers Stomates..." (Stomates serait devenu Beautiran) - Du grec : stomatos = embouchure (de l'estey).

La reconstitution (hypothétique) du trajet antique de Biganos au gué de l'Isle Saint-Georges permet de remarquer que le cours de la Leyre, rivière se jetant dans le bassin d'Arcachon, passe à une dizaine de kilomètres des sources du Guâ Mort, petit affluent de la Garonne débouchant à Beautiran-Castres et que, de plus, un petit ruisseau relie pratiquement ces deux rivières.

Les vallées des cours d'eau suivies de tout temps par les routes et plus tard par les voies ferrées ont de toute évidence des itinéraires anciens. On comprend que pour aller de Biganos au premier passage à gué de la Garonne situé en Arruan, il fallait prendre cette voie qui évitait les marécages situés entre Saucats, Le Barp et Marcheprime.

Empruntant la vallée de la Leyre et celle du Guâ Mort, évitant les marécages, le trajet a, d'abord, été marqué par les chemins, puis suivi par un chemin de fer en partie disparu aujourd'hui.

Une navigation légère a dû probablement utiliser ces rivières, puisqu'un canal Leyre-Guâ Mort a été autrefois envisagé.

 

La Leyre était navigable sur une grande partie de son cours mais le Guâ Mort ne l'était vraisemblablement que dans sa partie inférieure.

Dans "Les Variétés Bordelaises" de l'abbé BAUREIN, (I785) tome V, article VIII, on lit en parlant du Guâ Mort :

" ... on observera qu'on a eu l'idée de le rendre navigable au moyen des eaux de la rivière Leyre qu'on se proposait d'y joindre et de former ainsi un canal, qui ayant son embouchure dans la Garonne, faciliterait et rendrait moins dispendieux le transport des denrées des Landes dans cette ville (Beautiran)..." (Projet de canal établi par l'ingénieur CLAVAUX en 1772).

Il y avait donc fort longtemps que cette route était utilisée. Et ce qui est remarquable, c' est que vers la fin du siècle dernier, une ligne de chemin de fer dite "économique" a repris à peu près en le concrétisant l'ancien chemin qui partant de Biganos, l'ancienne capitale des Boiis et passant par Mios, Salles, Belin-Beliet, Hostens, Saint Magne, Vîllagrains, Cabanac, Saint Morillon, Saint Selve, se terminait à la Garonne à Beautiran. (En réalité cette voie ferrée s'est permis de s'égarer vers La Brède en négligeant Saint Morillon et Saint Selve, probablement pour des considérations économiques).

On peut aussi noter que ce parcours est jalonné de trouvailles archéologiques de l'âge du fer, y compris, bien sûr le site de l'Isle Saint-Georges où l'on a trouvé des tessons de poteries de cette époque.L'aboutissement de ce trajet permettait, soit de traverser le fleuve vers Cambes, Saint Caprais, Sadirac...(Entre Sadirac et Lorient, il existe un " Chemin de l'île ") , soit de le descendre vers Bordeaux, soit de remonter vers Toulouse ou vers l'Espagne par Langon Bazas et Mont de Marsan en utilisant les vallées de la Midouze et de l'Adour.

O.C

 

LE SITE

Les croisements de route, dans toutes les civilisations, ont toujours été des lieux de peuplement, et en particulier au bord des cours d'eau.

Sur les terres fertiles des bords de rivière où l'on peut pêcher et chasser, la vie était plus facile qu'ailleurs; on peut s'en rendre compte en voyant le nombre de localités qui s'agglutinent le long de la Garonne, en amont de Bordeaux. Un carrefour est aussi un endroit où l'on s'arrête, où l'on peut échanger des marchandises venant de fort loin. C'est aussi un point stratégique sur des lignes de ravitaillement.

L'île en Arruan était tout cela au croisement de la portion de voie Narbonne-Bordeaux du grand trajet Rome - Grande Bretagne et de la route venant des salines du bassin d'Arcachon et allant vers le Centre.

De tout le trafic qu'il s'y faisait, il ne reste guère comme preuve que les nombreux débris d'amphores viniques, une petite pièce de monnaie frappée sur les bords de l'Ebre, en Espagne...

 

Depuis l'antiquité, l'île en Arruan a toujours été très liée avec la métropole Burdigala, si proche par le fleuve : les seigneurs ou bourgeois de la ville régnaient, et l'un des premiers châteaux forts de la région fut construit sur cette île pour protéger Bordeaux.

O.C

Remonter Formation Isle Arruan Site antique Premiers peuplements La Fronde Révolution Carte du village L'École communale Le Moulin L'Église Toponymie Port d'Isle St-Georges Vin et Vigne Carte interactive Olivier Coussillan